NOSTALGIQUE EMOTION

Home / Melodie / NOSTALGIQUE EMOTION

En ce qui concerne « NOSTALGIQUE EMOTION »,  ces années de mise en jachère de mon existence par un contentieux familial très lourd et confrontée à un état de santé invalidant,  il me fallait tout comme avec mes toiles récréatrices, auréoler l’histoire de la  rencontre imaginée voire peut être embellie de ce père géniteur avec ma mère la jolie et naïve Madeleine, qui était subjugué par le cinéma me parlant de Viviane ROMANCE, Jean CHEVRIER etc , mais elle avait un faible pour le cinéma américain .

De ce fait je me souviens, de deux  cinémas à Monaco, le cinéma Prince, rue Langlé et le cinéma Royal vers le port. Émerveillée devant ce grand écran duquel surgissait pour la petite fille que j’étais, Fred ASTAIRE, Ginger ROGERS, Gene KELLY, Leslie CARON, Cyd CHARISSE etc etc, et cette musique que j’adorais. Sans doute, j’ai du dans ma prime enfance entre le Pensionnat couvent et ma Mère très belle et très mode, apprendre à cultiver dans mon jardin secret les « PARADOXES » afin d’en survivre du mieux possible.

Ma mère dansait super bien le Tango, la Rumba, je me souviens quand elle fredonnait « Elle est divine la Biguine…….. ».  Entre mes crises d’asthmes, ainsi que les paranos délirantes du fils, et une tante Marie Rose que je visitais et soutenais en Maison de Retraite,  me sentant très seule familialement, afin de ne pas sombrer, aidée par un psychologue, je m’offrais dans cette période difficile des barricades à surmonter.

Et ainsi surgit de ma mémoire et à l’aide d’un crayon noir dont l’odeur de la mine et du bois m’aidèrent à m’extraire du quotidien « NOSTALGIQUE EMOTION ».

 

NOSTALGIQUE EMOTION

Paroles et musique de Ginette LEPRI  Nice 1999, et Beaulieu le 16 Août 13

Mon crayon ce soir fait grise mine,

Afin de ne pas le contrarier, j’esquisse

Des images qui surgissent de mes pensées.

Quand ma mère me parlait de Jean HARLOW

Et de sa blanche alcôve

Elle me chantait la romance

En me parlant de Viviane ROMANCE

 

Qu’il était beau le bel hidalgo

Avec lequel elle dansa le tango

Et qui sur un air de rumba d’amour il lui parla

 

Com’ elle était belle ma mère

En me parlant  de Fred ASTAIRE

Dans ses yeux qui brillaient- je voyais danser Ginger ROGER

 

Ma mère devenait amère

Lorsqu’elle me racontait la guerre

Ses yeux devenaient noirs

En dénonçant le marché noir

 

 

Elle était divine dansant la Biguine

C’était une diva dansant la Cumparsita

Elle avait la taille fine

Lui, un superbe panama

 

Ce soir c’est moi qui fais  grise mine

La révolte s’empare de moi

Quand elle n’eut plus la taille fine

Les biens pensants la montrèrent du doigt

Mais dans ma symbolique révolution

Je ressens comme une sensation

Quand ma mère me parlait……….. de Jean HARLOW

Copyright Ginette LEPRI

SNAC Paris n° 14-043O, Mars 2OI4

Related Posts